© 2023 by NOMAD ON THE ROAD. Proudly created with Wix.com

Nous restons chez nous...

April 28, 2020

Les jours passent gentiment par ici. Nous nous sommes rendu compte que peu de choses ont changé pour nous, nous avons toujours vécu une vie en dehors, peut être pas confinés chez nous, mais un peu en marge de la vie des autres, sans école bien sûr mais aussi sans grandes obligations et contrariétés de la vie moderne...

 

Nous avons choisi une autre vie, plus proche de la nature, dans le calme, la solitude souvent si bien accueillie, les livres, les animaux domestiques et les oiseaux...Alors pour nous ce confinement ne présente que peu d'inconvénients majeurs. Nous respectons les règles mais nous ne souffrons pas d'un manque de liberté, nous pouvons marcher dans notre forêt comme d'habitude, être dans le mini-jardin et vivre comme à l'accoutumé dans notre petit chalet qui nous donne l'impression d'être en vacances toute l'année.

 

Nous ne rencontrons déjà que peu de monde à l'année car en tant que famille de homeshoolers dans notre région nous n'avons pas fait beaucoup de rencontres qui pourraient graviter dans notre univers...les familles sont dans les obligations scolaires, les objectifs, les notes quand nous avons fait d'autres choix...Elles sont aussi au prise avec un quotidien pas toujours facile à gérer aussi...

 

Et nous, dans notre îlot, nous vivons en famille, ensemble au quotidien, heureux de  partager tant de bons moments simples, à prendre le temps, à se balader, à lire, à cuisiner, à jouer aussi. Et puis il y a des apprentissages concrets, des activités précises pour Elliott qui structurent les journées. La vie pour nous n'est pas synonyme de rapidité ou de stress. Nous profitons de ce qui nous est offert, à notre rythme.

 

Alors bien sur nous aimons visiter nos amis ou notre famille, prendre de bons apéros en terrasse, marcher sur les bords de mer, faire quelques jolies visites aussi et tout ceci reviendra bientôt, peut être pas tout dès le 11 Mai car la prudence sera encore de mise, étant donné que le virus va se mettre à circuler rapidement en quantité plus grande. Mais nous pourrons refaire quelques unes des choses que nous aimions au dehors tout en continuant à mener une vie à la marge, plus calme et plus protégée.

 

Est ce que le confinement a pu  apporter quelque chose à chacun d'entre nous? je ne sais pas  car ces milliers de morts pèsent dans notre quotidien et nos pensées s'assombrissent bien vite en pensant à ces personnes et à ces familles impactées. Mais malgré cela, le fait de rester chez soi a pu offrir à certaines familles la chance de se redécouvrir, de passer un temps précieux ensemble, de faire de nouveaux apprentissages, de mener des réflexions ou encore simplement de vivre un peu plus avec leurs enfants et de profiter de leur magnifique et enthousiasmante compagnie.

 

J'ai été un peu surprise de voir combien l'enfant  est apparu, dans les médias, comme un poids pour les familles. Cela ne vous a pas un peu choqué, ces enfants à prendre en charge, avec leurs devoirs en plus et puis leurs exigences, ce besoin de bouger, ces questions, cette envie de ne pas travailler et tout ça?

 

Ces pauvres enfants ont été décris comme de vraies plaies ouvertes que les parents allaient devoir prendre en charge avec beaucoup de mérite! Cette vision erronée participe déjà d'un certain malentendu non?

 

Mais est ce que cela a été une vérité pour toutes les familles ou bien, peut être, bien souvent, se sont-elles  bien vite organisées avec l'aide en plus de professeurs bienveillants et attentifs?

 

Les enfants ne sont peut être pas que  des élèves que nous récupérons le soir et les week end histoire de les voir un peu...Ils sont nos enfants et si nous les fréquentions plus souvent, si, dans les familles , on valorisait le fait de  s'occuper d'eux plus régulièrement  en leur consacrant un temps de qualité et un accompagnement adapté, alors nos enfants ne seraient pas ces petites personnes exigeantes et ingérables qu'elles peuvent éventuellement devenir. 

 

Pendant cette crise, certaines familles ont pu se rendre compte de tout ce qu'elles pouvaient apporter à leurs enfants en terme d'équilibre, de bien  être, de partage et aussi d'amour.

Les parents et les enfants se sont enfin rencontrés et il sont apprit à se connaitre , même si tous les moments ne sont pas parfaits, s'il peut y avoir de l'ennui ou des disputes ou des instants où ça râle et bien il ya surtout beaucoup de moments de joie, de détente, de complicité et peut être bien de délire car les papas à la maison sont parfois tellement drôles et inventifs avec les enfants!

 

La présence des parents pour les enfants  est primordiale, elle compte bien plus que ce que la société veux bien nous le laisser croire.

 

Est ce que mon enfant va bien se développer s'il ne va pas à la crèche ou à la maternelle quelques semaines? Mais bien sûr, il va apprendre naturellement tant de choses auprès de vous, pour peu que vous ayez plaisir à suivre ses découvertes ! Il n'a pas besoin d'obtenir un emoji sourire pour faire des activités intéressantes et apprendre. Loin des évaluations et des classements, les enfants s'épanouissent d'avantage.

 

Et le lycéen qui passe sa journée sur son portable, qu'est ce qu'il faut en faire? Et bien le laisser vivre un peu tout cela à sa manière. Cette rupture avec son monde ne peut qu'être bénéfique si vous êtes là encore une fois pour lui, pour faire un jeu de société, apprendre à cuisiner ou à bricoler, faire une séance de yoga ou l'aider à réaliser un projet.

Le fait de vivre un autre quotidien est plutôt bon car il nous oblige à penser autrement, à faire de manière différente et finalement à utiliser de nouvelles ressources qui stimulent de nouveaux apprentissages!

 

Ce temps est un trésor pour les ados qui n'en ont jamais vraiment pour eux, car il y a le lycée, les devoirs, les exams et les réseaux sociaux. Là, il s'agit de développer d'autres potentiels, plus personnels, de faire des choses nouvelles, d'échanger avec les siens et de découvrir qu'on peut faire des choses intéressantes et enrichissantes aussi en famille ou tout seul, sans professeurs et même sans copains!

 

Penser à devenir soi plutôt qu'à suivre les autres...un vrai questionnement pour des jeunes de 16 à 18 ans qui se construisent dans notre société.

 

Alors bien sûr, cette période est inquiétante et tellement triste aussi mais, nos enfants sont là, ils ont besoin de nous auprès d'eux pour passer tout ceci sans trop de dommages et pour sentir notre enthousiasme à vivre de belles choses ensemble!

 

 

 

Please reload

RECENT POSTS:
SEARCH BY TAGS:
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now